Comment se protéger du BrandJacking des OTAs (Booking.com)

DÉFINITION DU BRANDJACKING

Composé par les mots  « brand » (marque) et « hijacking » (détournement) le BrandJacking désigne à la base une pratique frauduleuse qui consiste usurper une marque sur le Web.

DISTRIBUTEUR VS SITE OFFICIEL(LE)

Actuellement Le BrandJacking se pratique essentiellement entre les distributeurs et propriétaires des marques. Le cas le plus fréquent se passe dans le domaine de l’hôtellerie où Booking.com, Expédia, Hotels.com… achètent les noms des hôtels pour récupérer les réservations et facturent des commissions par la suite.

UNE PRATIQUE LÉGALE OU NON ?

Au niveau juridique, les textes légaux et leur interprétation par la jurisprudence  n’interdisent aucunement l’usage d’une marque en tant que mot-clé sur Google AdWords, même en présence d’une marque notoire (affaire Interflora Vs Florajet).

COMMENT SE PROTEGER DU BRANDJACKING ?

Même s’il existe une (longue) procédure pour empécher l’affichage de sa marque dans une annonce d’un concurrent ou d’un distributeur, ces dernièrs peuvent toujours acheter votre marque comme « Mot-Clé ».
La meilleure solution reste la mise en place d’une campagne pour acheter votre propre marque. Cependant, la campagne doit être gerée par un professionnel car se lancer dans Google Ads en autodidacte est très dangeureux. Votre budget risquerait d’être gaspillé très rapidement en cas de mauvais paramétrage ou mauvaise gestion.
Votre campagne sera plus éfficace que celle des OTAS (Booking, Expedia, Hotels.com…), car vous seriez positionnés devant ces derniers tout en payant moins cher et votre taux de conversion serait plus élevé.
Généralement, le taux d’acquisition (coût / chiffre d’affaires) d’une campagne de protection de marque est largement inférieur au commission que vous payez aux OTAs.